CKM lance un appel à financement participatif, un moyen moderne pour faire appel au plus grand nombre afin de soutenir  une équipe qui oeuvre pour quelque chose auquel on tient et auquel on accorde du prix.

L'AIFCK est heureuse de pouvoir relayer ce message et souhaite bonne chance à CKM.

Pour passer à l'acte même et surtout symboliquement :

https://www.kisskissbankbank.com/un-nouveau-depart-pour-ckm

 

 CKM 001 

ckm 241web

Aujourd'hui Canoë Kayak Magazine a plus que jamais besoin de ses lecteurs mais aussi du soutien de  tous les passionnés des sports de pagaie.

Ceux qui connaissent la revue, mais qui ne l'achètent ou ne s'abonnent pas. Nous voulons prendre un nouveau départ, produire une nouvelle formule ambitieuse qui placera la passion du canoë, du  kayak et des sports de pagaies au centre de ses préoccupation, érigeant cette passion en un mode de vie que l'on trouvera exprimé au fil de ses pages.

Bref un magazine lifestyle pour ceux qui pagaient assis ou debout.

Né dans les années soixante dix, CKM, seule revue francophone du Canoë-Kayak, vit aujourd'hui une crise de la quarantaine difficile. A l'image de toute la presse, la revue doit faire face à la baisse de revenus publicitaire, tout en devant relever les défis actuels de l'édition : production de  contenu web et digital, présence terrain, nouveau modèle économique. S'ajoutent à ces difficultés "traditionnels" ceux qui sont inhérents à la pratique du kayak et des sports de pagaie : une multitude de disciplines, qui ont toutes leur spécificité.

En fait, on peut presque parler d'un ensemble de plusieurs petites communautés : ceux qui font de la rivière, ceux qui font de la mer, ceux qui font de l'eau calme. Mais dans chacun des milieux, il y a ceux qui font de la compétition et ceux qui ont une pratique randonnée ou loisir. Enfin, au sein des compétiteurs, il y a ceux qui font du slalom, de la descente, de la course en ligne, du freestyle, de l'océan racing...

CKM a la lourde tâche de traiter toutes ses pratiques, et que chacune de ces communautés trouve son compte dans une seule revue. C'est mission impossible, sauf si on se souvient que tous ceux-là tiennent une pagaie, et que toutes ces pratiques ont des valeurs communes.

C'est pourquoi nous croyons qu'une revue généraliste sur les sports de pagaie a sa place, et que nous souhaitons continuer à produire un magazine le plus qualitatif possible. 

Pour  relever  encore mieux ce défi, nous voulons prendre un nouveau départ, une nouvelle formule, pour répondre encore mieux à l'attente de nos lecteurs...ou de nos futurs lecteurs.

C'est pourquoi nous engageons  aujourd'hui cette action et cette collecte en vous proposant de vous abonner ou de prolonger votre abonnement

Joël Doux Directeur de la publication